Les Pages d'Isabelle

Carnet de Voyage  U.S.A  2017

1 2 3 4 5

J16 : MAMMOTH LAKES - OAKHURST

24/09/2017

J16 : MAMMOTH LAKES - OAKHURST

Ce matin, 3° Le toit de la voiture Ă©tait blanc, ainsi que les selles des motos. MalgrĂ© un soleil radieux, on s'est gelĂ© tout ce qu'il Ă©tait possible de geler........ Nous rajoutons une micro-polaire, quant a Vero elle est en mode oignon ( 5 Couches). Il faut savoir que pour un motard, la tempĂ©rature ressentie est de -2  a 50 km/h alors qu,il fait 5 degrĂ©. Nous apprĂ©cions notre petit cafĂ© avant d'attaquer la montĂ©e sur Yosemite Park ( 3000 Mètres). Si il y a bien une chose que nous ne nous attendions pas a voir, c'est la neige ! et l'attente pour l’entrĂ©e du parc au soleil, nous fait du bien. Nous allons traverser aujourd'hui cette chaine montagneuse, multipliant les arrĂŞts photos, les jeux de boules de neiges et les virages !  si on avait un compteur a virages, il aurait explose aujourd'hui. Nous ponctuerons cette route d'une petite randonnĂ©e pĂ©destre, a la rencontre des grands Sequoias, balades  avec les Ă©cureuils qui sont en ce moment très actifs a la constitution de leurs rĂ©serves pour l'hiver, des pics et une biche. Vero cherche dĂ©sespĂ©rĂ©ment a voir un ours, car ici tout nous rappelle leur prĂ©sence. De nombreux panneaux, nous indique la possibilitĂ© d'en croiser, et les poubelles sont mĂŞme avec un système anti ours. Personnellement, sur la moto aujourd'hui, je suis plutĂ´t contente de ne pas en avoir vu, a l 'inverse d'Arnaud qui lui, Ă©tait bien a l'abri dans la voiture !  Nous supporterons les micro polaires toute la journĂ©e, je pense que maintenant, la chaleur est derrière nous. Pour preuve, la piscine de l’hĂ´tel si tentante, mais dehors........Brrrrrr, ne nous attirera pas.

J15 : DEATH VALLEY - MAMMOTH LAKES

24/09/2017

J15 : DEATH VALLEY - MAMMOTH LAKES

Le road book nous avait prévenu, habillez vous chaudement avant le départ. Effectivement la route s’élève immédiatement et la température tombe à 54 F (12°). Mais cette hauteur offre des paysages sur la vallée, en redescendant dans la vallée, nous avons la chance de voir 2 coyotes qui ont l'air de revenir d'un raid depuis le village que l'on aperçoit plus loin. Pas très farouches, ils s'arrêtent non loin des véhicules. Nous nous arrêterons à Lone Pine et après un bon chocolat chaud, un petit détour vers les Alabama Hills, offrant une vue sur les montagnes et leurs sommets encore un peu enneigés. Quel changement en une journée nous passons des coyotes aux panneau : "Attention BEAR AREA ". Nous rejoignons Mammoth Lakes, il fait froid, nous sommes gelés et fatigués, mais pas encore au bout de nos surprises. Ici, c'est la fête de la bière avec groupe bavarois qui interprète : "FRIDA UM PAPA" !!! Pas vraiment l'idée d'un voyage dans l'ouest américain. Les conseils de l’hôtel, ne pas laisser de nourriture dans les voitures à cause des ours. C'est pas comme cela qu'on les appelle dans notre 93.....Nous sommes dans une station de sport d'hiver. En une journée nous sommes passés de la folie de LAS VEGAS, à l'un des déserts les plus connus et avons fini avec 8° dans une station de sport d'hiver aux accents de bavière !! A la climatisation quotidienne , nous préférerons ce soir une bonne couverture.

J14 :LAS VEGAS - DEATH VALEY

24/09/2017

J14 :LAS VEGAS - DEATH VALEY

Pas mécontents de quitter LAS VEGAS, Veni, vidi vici.....

Nous sortons vite de la ville et conformément aux indication de notre road book, nous faisons les pleins d'essence et d'eau. Mais nous sommes fin septembre et les températures ne sont pas celles de juillet aout. A Vegas il faisait 78-86 F ah oui, ca surprend les degrés Farenheit, mais c'est facile, on retire 32, on divise par 5 et on multiplie par 9, çà fait 26 - 30 (vive les applications smartphone !). Tout çà pour dire, que nous ne souffrons pas du tout de la chaleur. Nous abordons la Death Valley (72 miles sans services). on sent de suite la température monter, les moteurs des motos nous chauffent les jambes, mais cette route désertique est envoutante. Arret à BADWATER, nous sommes 800 pieds sous le niveau de la mer devant une immense étendue de sel. Cette vallée porte bien son nom....et sa réputation, d'ailleurs nous voyons des panneaux, interdisant de s'éloigner de la route. Le van s'arrête soudain au milieu de nul part.....la dame du GPS lui ayant indiqué : "vous êtes arrivés à votre destination" ?????? pas d’Hôtel à l 'horizon, on est en plein désert !!! Y a comme un défaut ?. Retour aux bonnes vieilles méthodes : la carte routière. demi tour, notre hôtel est en fait à 9 miles de là. Le changement est radical entre l'hotel de Vegas et celui ci en plein désert. Et bien on préfère cet hôtel, pas de wifi, pas de restaurant autre que l'hotel, des chambres simples mais typique avec une vraie identité ouest américaine. Comme nous avons une petite avancée devant nos chambres, nous décidons de faire pique nique (nous avons tout ce qu'il faut dans la glacière, il manque juste quelques bière, mais ici, ce n'est jamais très difficile à trouver.

J13 : LAS VEGAS

22/09/2017

J13 :  LAS VEGAS

Comment définir LAS VEGAS ?

cette ville me fait penser au roman de George ORWELL 1984

Un grand jouet a taille humaine, qui n'est pas la réalité, mais où les vrais intérêts sont cachés derrières ces lumières de pacotilles.

Pour preuve le VENETIAN, reconstitution des principaux monuments de Venise, Palais des Doges, pont des soupirs, Rialto,....et même le grand canal avec des gondoles ! et bien sûr les salles de jeux partout.

Cela nous laisse plus perplexe qu'autre chose. Les garcons veulent aller chez Rick Harrison's Gold & Silver Pawn, connu pour leur Ă©mission tĂ©lĂ©visĂ©e. C'est en pĂ©riphĂ©rie de ville et nous prenons le bus, qui nous amène vers un autre Vegas beaucoup moins rutilant. Beaucoup de monde chez cet antiquaire mĂ©diatique, qui a su surfer sur sa vague, bien loin d'ici probablement. Nous trouvons sur le retour, les "Wedding Chapel", les copains nous en avait parlĂ© avant le dĂ©part de vouloir nous marier Ă  Las VĂ©gas, mais il fallait des papiers et nous on voulait juste du fun. On entre dans l'une d'entre elles pour voir. Et ici avec quelques dollars tout est possible, mĂŞme Elwis Presley est disponible !!!!! alors c'est parti les copains nous offrent notre mariage. Comme on n'avait rien prĂ©vu, on est habillĂ©s comme des touristes......pas grave ils ont une pièce Ă  accessoire (oĂą on a beaucoup ri avec VĂ©ro) on optera pour le plus simple dont ils dispose un voile pour Ghislaine histoire de faire mariĂ©e et une cravate blanche et un chapeau de cowboy blanc pour moi, histoire de faire local. On choisit la couleur des fleurs, et la chanson d'Elwis...Love me tender. C'est très sĂ©rieux, ils nous font rĂ©pĂ©ter, et Ghislaine qui ne comprend rien Ă  l'anglais.....rentrera dans la chapelle au bras d'Elwis (rien que çà !!!) au grosse voiture amĂ©ricaine derrière l'autel, 2 bancs ce qui suffit pour nos 4 invitĂ©s. Et c'est parti, Nous rĂ©pĂ©tons les mots qu'il faut en anglais, mais Ghislaine qui ne comprends rien rĂ©pète n'importe quoi, ce qui dĂ©clenchera un bon fou rire. Finalement je lui traduit pour qu'elle le dise en français.Nous avons un photographe attitrĂ©, et il n'est pas possible de prendre d'autres photos. A la fin, les invitĂ©s sont Ă©jectĂ©s de la chapelle, nous faisons des photos avec "Elwis". Puis il nous installe dans la voiture, ouvre les portes et Elvis nous sort dehors. VĂ©ro, Marie, Arnaud et Philippe qui ne s'y attendaient pas se jettent sur leurs appareils. On a bien rigolĂ©, mais tout de mĂŞme, Vero a versĂ© sa petite larme, et Ghislaine et moi Ă©tions un peu Ă©mues aussi. Nous retournerons au VENETIAN fĂŞter çà, non sans avoir tentĂ© la roulette, on connait rien au jeu, la croupière nous explique très patiament et les 100 $ misĂ©s, me rapporterons 26$, Arnaud gagne un peu aussi, VĂ©ro elle y perd mais Fifi gagne a la machine OUF, Vegas ne nous a pas ruinĂ© ! . Quand mĂŞme se marier aux Etats Unis, avec Elwis et diner Ă  Venise sur la place Saint Marc,  c'est pas donnĂ© Ă  tout le monde !!!

J12 : KENAB - LAS VEGAS

21/09/2017

J12 : KENAB - LAS VEGAS

Nous partons tĂ´t car la journĂ©e est chargĂ©e. Le parc de Zion, diffĂ©rent, car nous descendons au fond du canyon, et de ce fait, il est vite saturĂ© de voiture. Nous y sommes dès 9h00 et dĂ©jĂ  de l'attente Ă  l'entrĂ©e du parc, mais vite oubliĂ©, lorsqu'au 1er virage, les mouflons nous attendent. La route bitumĂ©e rouges pour ne pas dĂ©naturer l'ensemble du site serpente Ă  flanc de montagne pour rejoindre la rivière. Ici aussi, l'organisation est impeccable, et nous ne regrettons pas le prix d'entrĂ©e du parc, lorsqu'on voit comment c'est entretenu. La disponibilitĂ© des navettes, la patience et l' attention des chauffeurs bien qu'ils fassent cela tous les jours.Mais de la route nous attends pour rejoindre Las Vegas et le vent qui s'est levĂ© ne va pas faciliter la conduite des motos. Nous nous arrĂŞterons plusieurs fois avant de rentrer dans LA VILLE. L'adresse indiquĂ©e nous emmène du mauvais cotĂ©, perdus, nous nous arrĂŞtons sur une rampe, il y a largement la place pour nous doubler, mais il ne faut pas 3 minutes pour nous faire dĂ©gager par 2 flics. On finit par trouver notre chemin, nous nous garons un peu après l'entrĂ©e, mais on est 3 vĂ©hicules. En 1 minutes, rebelote, on vient nous dire que l'on ne peut pas rester, c'est l'emplacement des taxis pour l'aĂ©roport. Franchement, il n'y a personne Ă  cet endroit, et on est aus US et il y a grandement de la place. Bref on nous dit d'aller du cĂ´tĂ© des "Valet" on se pousse et se met Ă  l'Ă©cart, bien garĂ©s. Je sors pour aller faire le checkin, 10 pas vers l'hotel, et un lascar fonce sur nous : Vous ne pouvez pas rester lĂ .....faut pas quand mĂŞme pas trop nous chauffer.....philippe le renvoie d'un geste de la main, en disant faisant mine de ne pas comprendre, je fonce sur le gars et avec mon plus bel anglais (relatif...), mon plus bel accent (tout en douceur) et mon plus doux regard.....On reste garĂ©s lĂ , on fait le checkin, on dĂ©pose nos bagages et on va au parking après !  OKAY ? grrrrrr. RĂ©ponse :okay

Non mais !

Nous sommes avalés par Las Vegas, nous qui venons de quitter les petites villes tranquilles, on se sent agressés de toute part, car on est entrés de plein pied dans la démesure. Nous sommes fatigués et on se dit que l'on verra demain, après une bonne nuit et une petite grasse mat.